Les freins à la cession – épisode 1 – le patrimoine futur

Soyons clairs, il n’y a pas un seul frein à la cession. Nous en parlerons à plusieurs reprises mais je voudrais parler d’un frein qu’il est souvent difficile d’aborder, car il relève de la sphère de l’intime et souvent de la pudeur : le frein patrimonial.

Fi ? qu’est-ce que c’est ?

Le frein patrimonial vient souvent du fait de passer d’un revenu du travail qui est une revenu de flux, vers un revenu de capital ou de patrimoine.

Actuellement, vous, dirigeant-e, travaillez dans votre entreprise, vous vous rémunérez avec un flux financier, plus ou moins régulier certes, mais qui n’a pas de fin.

Une fois votre entreprise cédée, plusieurs scenarii se présentent :

  • La reprise d’activité

Vous vendez votre entreprise pour reprendre un autre projet professionnel, quel qu’il soit. Ainsi, vous allez reprendre (peut être pas tout de suite, nous sommes d’accord), une rémunération qui est une contrepartie de votre travail et qui est basée sur un flux financier régulier.

Ici, le frein patrimonial est faible dans la mesure où, normalement, le temps où vous allez rester sans activité s’inscrit dans une durée limitée.

  • L’arrêt d’activité sans retraite

Vous n’avez pas acquis vos droits à la retraite, vous ne pouvez donc pas compter dessus pour subvenir à vos besoins quotidiens.

En revanche, vous disposez d’un patrimoine dont fait partie le prix de vente de l’entreprise.

Il vous faut donc faire un vrai  bilan patrimonial et décrire clairement à la fois vos besoins et vos sources de revenus.

  • L’arrêt d’activité avec retraite

Vous pouvez prétendre à vos droits à la retraite, pas toujours à taux plein et il est aussi possible voire probable que le niveau de cette retraite ne vous permette pas de couvrir vos besoins.

Là encore, il est important de faire un bilan patrimonial.

Avant de se faire accompagner, le bon sens vous invitera à faire un petit tableau très simple de vos ressources et de vos dépenses pour appréhender votre reste à vivre et savoir combien vous allez  devoir prendre dans la trésorerie issue de la vente de votre entreprise

En fait, le capital est habituellement un bien qu’on ne veut pas entamer. C’est l’objet même de votre capital entreprise. Quand vous l’avez, votre but est de le développer et c’est pour cela que vous ne doutez pas de pouvoir en obtenir un flux financier régulier.

En revanche, le capital formé grâce à la vente de votre entreprise, sera un capital fini, qui peut augmenter s’il est bien placé mais dont l’objet même est la diminution. Vous avez construit ce capital, non pour le regarder, peut-être pour le transmettre, mais aussi consciemment ou inconsciemment pour vous permettre de vivre une retraite agréable.

Alors, à vous les gestionnaires de patrimoines et autres fiscalistes ! Tout en restant vigilants sur leur indépendance. Mais attention : tous vous diront qu’avant tout, vous devez être capable de leur donner les orientations vers lesquelles vous souhaitez aller. 

Et pour les jeunes dirigeant-es qui nous lisent, nous ne pouvons que trop vous conseiller de préparer votre « retraite » assez tôt. La constitution de votre patrimoine professionnel en fera bien sûr partie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *